Home / Maison / La démolition d’immeuble : que faut-il savoir sur ce procédé ?

La démolition d’immeuble : que faut-il savoir sur ce procédé ?

Dans le cadre des travaux de maçonnerie, la démolition d’immeuble figure parmi les opérations les plus règlementées. En effet, elle doit obéir à un standard bien déterminé à l’instar de la construction d’une maison. Avant sa mise en œuvre, il faut veiller au respect des règlementations relatives à la démolition. Justement, nous allons partager avec vous les points essentiels à savoir sur ce procédé. Découvrez !

Démolition d’immeuble : quelles sont les règles applicables en la matière ?

Plusieurs raisons peuvent justifier la démolition d’un bâtiment. C’est le cas par exemple lorsque l’état délabré de celui-ci met en péril la sécurité des personnes et de leurs biens. Parfois, on a besoin de démolir une structure existante pour en construire une nouvelle.

Dans tous les cas, l’obtention d’un permis de démolir est nécessaire. Cette règle vaut aussi bien pour la démolition partielle que pour la démolition totale d’un immeuble. Toutefois, sachez que cette opération ne peut se faire sans un diagnostic technique d’amiante (DTA). C’est surtout le cas de tous les immeubles bâtis avant le 1er juillet 1997. Le DTA est essentiel afin de préserver la santé des personnes qui interviennent sur le chantier durant son exécution. Au même titre que celui-ci, un diagnostic du plomb doit impérativement être effectué. Tous les bâtiments construits avant le 1er juillet 1949 en sont concernés.

À titre d’information, sachez que la démolition est régie par le Code de l’urbanisme en ses articles L421-3, R421-6 et suivants, ainsi que les articles A430-1 à 430-4 de cette même loi. Cette dernière énonce également une durée de deux ans pour la validité d’un permis de démolir. Avant l’expiration de ce délai, il est tout à fait possible de demander la prolongation de celui-ci. À cet effet, une demande devra être déposée en mairie 2 mois avant l’échéance.

En outre, il convient de remarquer que le permis de démolir n’est pas toujours requis. C’est le cas de la démolition des immeubles déclarés insalubres. Il en va de même s’il y a une décision de justice l’ordonnant ou si la construction est illicite.

Démolition d’immeuble : comment y procéder ?

Avant toutes choses, les professionnels expérimentés comme cette entreprise de maçonnerie dans le 74 procèdent à la sécurisation de leur zone d’intervention. Celle-ci sera délimitée en posant des balises afin qu’elle soit inaccessible pour le public. Des précautions seront également prises pour protéger la voirie extérieure. Des panneaux de signalisation seront aussi installés afin d’informer les personnes habitant ou passant à proximité du chantier. Après avoir effectué tout cela, ils passent à la démolition proprement dite. On peut avoir recours à 5 techniques différentes pour ce faire. Leur mise en œuvre sera toutefois tributaire des caractéristiques du bâtiment.

La démolition manuelle  

Sa réalisation nécessite l’utilisation d’outils à main et mécaniques. Cette technique se décline à son tour en deux catégories. Il y a d’abord le « sapement » qui consiste à entamer les fondations de la bâtisse en premier. Notez que cette technique est dangereuse. Ensuite, il y a le « dérasement ». À la différence du sapement, il vise à réduire la hauteur de l’édifice. Pour cela, sa déconstruction s’opèrera de haut en bas.

La démolition mécanique.

Des engins mécaniques sont utilisés pour son exécution. Ici encore, on peut classifier cette méthode en trois sous catégories. Il y a, d’une part, la démolition à la pelle.  Pour démolir l’ouvrage, il sera soit tiré (démolition par traction), soit poussé, soit en se servant d’une pelle à gobet ou croc à béton. Ces machines permettent d’ébranler les fondations de la maison qui en fait l’objet. D’autre part, il y a le « brokk ». C’est un engin de démolition télécommandé. Il est surtout utilisé si la zone d’intervention est difficilement accessible. Procéder ainsi permet une meilleure garantie de la sécurité des personnes avoisinant le chantier et celle des opérateurs puisqu’ils seront hors du périmètre d’action de la machine. Enfin, les maçons peuvent faire usage d’une pince de démolition.  

La démolition par découpage

Cette technique se matérialise par le sciage ou la perforation de la structure. Pour ce faire, les professionnels s’aident d’un diamant synthétique, notamment pour les matériaux épais tels que le béton. Un diamant serti sera par contre utilisé pour les supports moins durs. Ils peuvent également recourir à l’hydrodémolition. Un jet d’eau à très haute pression permet de déconstruire l’ouvrage. 

La démolition à l’explosif

Cette technique est à privilégier pour la démolition d’immeuble de plus de 20 mètres de haut. Elle est à la fois économique et sécuritaire. Selon le cas, les professionnels se servent d’une variété d’explosif.

La démolition par expansion

Les maçons y ont recours si la démolition ne concerne qu’une partie de la structure. Cette technique connait aussi plusieurs déclinaisons, à savoir la démolition par vérins hydrauliques, la démolition à l’aide d’agents expansifs et enfin la démolition par éclateurs hydrauliques.

Voir aussi

La porte blindée : vraiment indispensable ?

Chaque année, environ 470 000 cambriolages ou tentatives sont signalés en France. Les malfaiteurs développent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *