Home / Santé - Médical / Peut-on faire entièrement confiance aux correcteurs d’orthographe ?

Peut-on faire entièrement confiance aux correcteurs d’orthographe ?

Qu’est ce qu’un correcteur orthographique ?

Un correcteur orthographique est une application informatique qui identifie les éventuelles fautes d’orthographe dans un texte en se référant aux orthographes acceptées dans une base de données. Il est également appelé “correcteur d’orthographe”, ou “correcteur de texte”

La plupart des correcteurs orthographiques fonctionnent dans le cadre d’un programme plus vaste, tel qu’un traitement de texte ou un moteur de recherche.

Les limites d’un correcteur orthographique

Les correcteurs orthographiques et le cerveau

Les psychologues ont découvert que lorsque nous travaillons avec des ordinateurs, nous sommes souvent victimes du faux sentiment de sécurité. Nous avons tous déjà fait l’expérience des correcteurs d’orthographe d’ordinateur, que ce soit sur microsoft word, en écrivant un courrier électronique, ou simplement sur google. Seulement, ces correcteurs peuvent avoir l’effet inverse, et nous faire faire plus de fautes que s’ils étaient absents.

Effectivement, les études ont démontré qu’en utilisant un logiciel de traitement de texte, nous devenons des correcteurs moins compétents. Notre cerveau semble devenir moins vigilant lorsque nous savons qu’un filet de sécurité grammatical nous rattrapera.

Nous avons le sentiment que l’ordinateur nous indiquera chaque faute commise en la soulignant en rouge, bleu, ou vert. De ce fait, nous ne faisons plus vraiment attention à ce que l’on écrit, et à comment on l’écrit. Or, ils sont souvent bien moins performants que l’humain, et ne repèrent pas toutes les erreurs. Lorsqu’il s’agit d’autocorrection, de correction orthographique et de leur genre, ceux qui accusent la technologie numérique de la dégradation des langues n’ont donc pas tout à fait tort.

Des correcteurs pas si bons en orthographe

Les experts linguistiques de Microsoft suivent les demandes de mots, ainsi que les “mots” fréquemment corrigés, afin d’évaluer si ces mots doivent être ajoutés au dictionnaire Speller (Speller est le nom commercial du correcteur orthographique de Microsoft). Toutefois, le logiciel n’est pas averti de tous les mots existants dans la langue française, ni dans les langues étrangères. Dans d’autres cas, les mots réels sont intentionnellement maintenus hors du dictionnaire. Ainsi, nous pourrions noter comme première limite le manque de vocabulaire des logiciels de ce type.

En fait, il faut être assez bon en orthographe et en lecture pour utiliser efficacement un correcteur orthographique. En règle générale, si vous avez mal orthographié un mot, le correcteur orthographique vous proposera une liste d’alternatives. À moins que votre première tentative soit proche de l’orthographe correcte, il est peu probable qu’on vous propose des alternatives sensées et, même si c’est le cas, vous devez être capable de donner un sens à ce qui vous est proposé.

Afin d’utiliser correctement un correcteur orthographique, il faut également être conscient des limites de la base de données qu’il détient :

Tout d’abord, vous pouvez écrire un mot qui existe, mais utiliser simplement le mauvais mot. Par exemple : “Après avoir mangé mon super, je suis allé directement au lit”. Un correcteur orthographique ne détectera pas que le mot doit être “souper” et non “super”. Deuxièmement, le correcteur orthographique ne reconnaît pas certains mots parfaitement acceptables.

Les correcteurs d’orthographe comme compensation des troubles de l’apprentissage

Les correcteurs orthographiques ont révolutionné la vie de nombreuses personnes dyslexiques ou ayant des troubles de certaines fonctions exécutives, certes. Cependant, ils servent souvent de “béquilles“, plus qu’ils ne servent à les faire progresser. Ils sont utiles dans les cas où la rapidité d’écriture et les fautes d’orthographe sont comptabilisées (examen, mail formel, etcetera), puisqu’ils permettent aux enfants ou adultes atteints d’un trouble de l’apprentissage une concentration sur le fond de ce qu’ils écrivent et non plus sur la forme, qui leur pose souvent problème.

Lors des entraînement, ou écriture de textes sans enjeux, il est préférable de laisser le dyslexique sans correcteurs d’orthographe afin qu’il progresse.

Un article complet sur les outils pédagogiques est disponible sur le blog de FranceDyslexia.

Voir aussi

Massage thaïlandais : bien plus que des huiles essentielles et un regain d’énergie !

Massage thaïlandais : bien plus que des huiles essentielles et un regain d’énergie !

Si vous parlez de votre voyage à Bangkok ou dans un hôtel de luxe, les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *