Home / Juridique - Finance / Les obligations comptables d’une entreprise individuelle en Belgique

Les obligations comptables d’une entreprise individuelle en Belgique

L’entreprise individuelle en Belgique se trouve obligée de saisir une comptabilité en bonne et due forme. Celle-ci prend de nombreuses formes en fonction de la nature de l’activité réalisée ainsi que le régime fiscal adopté par la société. Cet article vous fera découvrir les modalités comptables de l’entreprise individuelle en Belgique.

Tenue comptable d’une structure individuelle

Avant toute chose, il est important de connaitre toutes les règles comptables régissant la comptabilité de l’entreprise individuelle en Belgique. L’expert-comptable distingue en effet les bénéfices industriels, les gains commerciaux ou encore les bénéfices à caractère non commerciaux. Il spécifie également le régime adopté par le dirigeant de l’entreprise (régime de la micro-entreprise, le régime réel simplifié, le régime réel normal).

Quand l’entrepreneur individuel se concentre dans l’exercice du métier d’un artisan ou d’un commerçant ou encore du métier industriel, tous ses gains seront déterminés en fonction du système des bénéfices industriels et commerciaux ou BIC. L’immensité des règlements comptables dépend en effet du dispositif d’imposition mis en place. Cela pourrait être le régime micro réel normal ou le régime réel simplifié.

Chaque entreprise individuelle relevant du système réel normal est obligée à tenir une comptabilité complète. En d’autres termes, elle doit assurer le bon fonctionnement de sa comptabilité d’engagement du genre créances et dettes. Le professionnel du chiffre travaillant pour ces sociétés doit s’occuper de l’enregistrement comptable de l’ensemble des flux financiers qui affectent chronologiquement leur patrimoine. Il est également amené à dresser les factures et réaliser les travaux d’inventaire.

Quelques restrictions à prendre en compte

La comptabilité des entreprises individuelles se décline d’ailleurs en de nombreux journaux connus habituellement sous l’appellation de journaux auxiliaires. A ce titre, le professionnel en comptabilité en Belgique considère en même temps le journal des salaires, le journal de caisse, le livre des opérations diverses ainsi que le journal de ventes, d’achats, de banque, etc.

Toutefois, les entrepreneurs individuels bénéficient un certain allègement comptable lors du traitement des données chiffrées de leur entreprise. Leur comptable est dans ce cas obligé à tenir une comptabilité de trésorerie pendant l’exercice comptable. Il doit aussi traiter les dettes et les créances uniquement à la fin de l’exercice.

Le comptable se trouvera en mesure d’évaluer de façon simplifiée tous les en-cours de production ainsi que les stocks. En outre, il doit centraliser l’ensemble des écritures comptables sur le livre-journal de la structure et ce, tous les trois mois. Enfin, il appartient au prestataire Account-Partner de décompter de façon forfaitaire toutes les charges liées au carburant.

À propos des livres comptables d’une société individuelle en Belgique

Une structure individuelle suivant le régime des bénéfices industriels et commerciaux en Belgique est en général assise sous le système réel d’imposition. Pour le bon fonctionnement de sa comptabilité, elle est amenée à tenir compte de trois livres comptables.

En général, elle doit avoir un livre-journal afin de conserver périodiquement toutes les opérations associées aux chiffres. Elle doit posséder également d’un grand livre afin de regrouper chaque opération selon chaque numéro de compte. Le dernier document sera le livre d’inventaire permettant à la société individuelle de rassembler chaque information chiffrée de l’actif et du passif.

Voir aussi

Quelles sont les prestations funéraires obligatoires ?

Quand un être cher décède, on a souvent envie de ne penser à rien. Cependant, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *